Devenir Styliste Culinaire / Being a Food Stylist – Interview & Bonus : Coralie Ferreira

Récemment, j’ai fait la rencontre de Coralie Ferreira, une styliste culinaire super talentueuse qui m’a parlé de son job peu commun. Interview et recette en bonus pour se rassasier entre deux jours fériés.

Last month, I have met Coralie Ferreira, a talented French food stylist, who accepted to tell us a little bit more about her unsual job and to share one of her recipe ! Let’s get the pastry started !

Pancakes

This slideshow requires JavaScript.

En Français :

Quel a été ton parcours avant de devenir styliste culinaire ?

J’ai fait des études de communication à Paris et aux Pays-bas puis, étant, à l’époque déjà, passionnée par la cuisine, j’ai démarché plusieurs éditeurs de magazines de cuisine pour faire mon stage de fin de licence. J’ai obtenu un rendez-vous avec l’éditrice et la rédactrice en chef du magazine “Cuisine by Cyril Lignac” (qui n’existe plus aujourd’hui) et j’ai été retenue pour faire un stage de 3 mois en tant qu’assistante de rédaction. C’est à ce moment là que j’ai découvert plus concrètement le métier de styliste culinaire puisque j’allais souvent assister les stylistes lors des shoots. Après mon stage, j’ai été embauchée par ce même éditeur où j’ai travaillé pendant près de 3 ans. J’avais pas mal de missions différentes (rédaction, organisation), puis peu à peu, on m’a confié des sujets à réaliser en tant que styliste, notamment pour les magazines “Gourmande!” et “Un diner presque parfait” que ma boite éditait.

Comment et pourquoi as-tu choisi ce métier ?

J’ai pris goût au métier en ayant la chance de pouvoir observer et assister les stylistes (Sandra Mahut, Garlone Bardel, Chae Rin Vincent, Blandine Boyer, Christl Exelmans) et les photographes (Thomas Dhellemmes, Aimery Chemin, Virginie Garnier). Lorsque mon contrat avec mon éditeur s’est terminé, il était très clair pour moi que je n’avais pas l’envie de retrouver un poste d’assistante de rédaction… je ne me voyais pas faire autre chose que du stylisme.

Il y a plusieurs raisons à cela : je n’avais plus envie d’être derrière un bureau, je préférais mille fois être en cuisine, les mains dans la farine ou accrochées à une poêle; je développais un amour fou pour la vaisselle et les beaux textiles; enfin, l’idée de faire quelque chose de joli, d’appétissant, me plaisait tout autant que de faire quelque chose de bon à manger. Ce n’est peut-être pas le cas de tous les stylistes culinaires, mais clairement, je suis une gourmande née, j’adore manger et ça me donne une super satisfaction de cuisiner.
Comment travailles-tu ? Quels sont tes outils privilégiés ? Avec qui travailles-tu ?
– J’ai plusieurs façons de travailler, tout dépend la demande du client. Parfois le client arrive avec un descriptif très précis de ce qu’il désire (type de vaisselle, coloris, ambiance, recettes, etc.), parfois au contraire, j’ai la possibilité de réaliser le stylisme qui m’inspire. Je fais donc des recherches iconographiques par rapport au sujet ou aux recettes demandés pour pouvoir déterminer une ambiance, un style et le proposer au client.
– Pour cela, je suis super attentive aux tendances, que ce soit les couleurs, les matières, les formes; je lis la presse culinaire française et étrangère, je parcours bon nombre de boutiques parisiennes, de sites internet et de brocantes pour enrichir mon stylisme. Enfin, je suis (presque) tous les jours connectée à Pinterest (un site qui permet de sauvergarder et de classer des images par dossier, pour ceux qui ne connaitraient pas), je suis abonnée à une centaine de pinners blogueurs food ou déco, stylistes ou photographes. Cela me permet de suivre les tendances, de sauvegarder le type de photos qui me correspondent, mais aussi de créer des dossiers d’inspirations photo pour tel ou tel projet. Actuellement, j’ai plus de 2000 photos sauvegardées sur mon compte et une cinquantaine de “boards”(http://pinterest.com/cocodesbois/).
– Depuis que je suis styliste, je travaille beaucoup avec la photographe Virginie Garnier. Nous nous sommes rencontrées sur un shoot pour le magazine Un diner presque Parfait, nous nous sommes d’abord super bien entendues, puis de fait, nous nous sommes rendu compte que nous partagions le même goût pour les photos de recettes : de la gourmandise, des miettes, de la sauce, des photos vivantes en somme. J’ai bien sûr l’occasion de travailler avec d’autres photographes sur des projets de livres ou de magazines, c’est chouette car cela permet de rencontrer d’autres personnalités, d’autres façons de travailler, d’autres regards, c’est très enrichissant et ça permet de ne pas se laisser aller dans les mêmes choses, de renouveler son travail.
Qu’aimes-tu le plus et le moins dans ton métier ?
J’aime beaucoup les étapes qui précédent un shoot, celle où je prépare un document d’inspiration pour mes clients, celle où je recherche la vaisselle ou les accessoires, mais aussi celle où je viens de déballer tout mon stylisme pour un shoot et que je suis satisfaite de la vue d’ensemble (palette de couleurs, matières, etc.) des objets rassemblés (vaisselles, linges, accessoires).
J’aime sans aucun doute être en cuisine, pour tout un tas de petites satisfactions : j’aime travailler avec mes mains, réussir une cuisson, sélectionner les plus jolies feuilles de basilic, faire un beau glaçage sur un gâteau, donner un joli mouvement à une crème, faire griller du bacon et me donner faim !
A la fin d’une journée de shoot, j’aime voir toutes les photos du jour affichées les unes à côté des autres sur l’écran d’ordinateur du photographe, c’est toujours mieux d’avoir une vue d’ensemble du travail réalisé. Enfin, l’ultime satisfaction, c’est de retrouver mon travail sur son support final, que ce soit un magazine, un livre, un site, un catalogue ou une affiche.
En ce qui concerne les points négatifs de mon métier, le premier est clairement celui d’être toujours chargée comme un mulet, que ce soit par les courses alimentaires ou le stylisme, le styliste non motorisé (comme je le suis) ne commence presque jamais ses journées sans être encombré de sacs (loin d’être légers la plupart du temps) et sans lutter contre un passage de porte, un sac qui casse, etc. Je suis donc équipée d’un super caddie de mamie, pas glamour, mais pratique!
Le deuxième, dans le genre superficiel, est celui d’absorber toutes les odeurs de cuisine et d’en faire profiter ses voisins de métro et ses copains à l’heure de l’apéro. Je croise souvent les doigts pour ne pas faire de livre sur les tempuras ou les beignets (bouchées que j’adore manger, certes) :).
Enfin, pour ne pas l’oublier, j’adore mon métier parce qu’il me permet de rencontrer beaucoup de personnes, je fais un métier déjà très sympa à la base, mais il est vrai qu’il est d’autant plus agréable de travailler avec des gens souriants, drôles, créatifs, humains. Je dois dire que jusqu’à maintenant, j’ai été plutôt chanceuse de ce côté là!
Quels sont tes projets pour le future ?
Hummm, j’aimerais faire des livres en tant qu’auteur (je n’ai jamais été auteur encore), j’ai plusieurs idées de sujets mais il faut trouver l’éditeur qui ose sortir des sujets classiques! J’aimerais faire un projet itinérant, aller à la rencontre de producteurs locaux, aller sur les marchés, écrire des recettes avec leurs produits de saison, shooter sur place, faire un mélange de photos de paysage, de cuisine, de portrait, d’étagères remplies de vaisselle ancienne. Bref, un projet avec un cachet particulier, un côté un peu vintage.
En juillet, je vais faire une formation en teinture naturelle pour le tissus, après quoi j’aimerais beaucoup me servir de ce que j’aurai appris pour mon stylisme, créer du linge de maison en lin, j’adore cette matière.
A plus long terme, étant donné que j’aimerais vivre ailleurs qu’à Paris, j’aimerais suivre une formation photo pour pouvoir réaliser mes propres sujets, mais ce n’est pas pour tout de suite.
Et sinon, tu pourrais nous donner ta recette facile et préférée du moment ?
LA PIZZA BLANCHE, par Coralie Ferreira
C’est dur de choisir une seule recette ! Un grand classique chez moi, c’est la pizza blanche, c’est délicieux et c’est une recette qui s’adapte à toutes les saisons.
Aujourd’hui,je la ferais ainsi :
Il faut préchauffer le four à 220°C.
Ensuite, émincer 6 asperges vertes (préalablement rincées) à la mandoline, couper
4 tranches de poitrine fumée en petits morceaux et râper 40 g de parmesan.
Etaler 6 c. à s. de crème fraîche épaisse poivrée sur une pâte à pizza ou une pâte feuilletée puis garnir avec les asperges émincées, la poitrine fumée et le parmesan râpé.
Verser un petit filet d’huile d’olive et enfourner pour une douzaine de minutes.
merci :)
Envie d’en savoir plus sur le style et les recettes de Coralie ?
– son compte Pinterest : http://pinterest.com/cocodesbois/
– son compte instagram : http://instagram.com/coco_des_bois
– son site internet : www.coralieferreira.com
Bon weekend : )
A.O. x
English Version :
What is your background ?

I studied communication in Paris and Holland, then, because I was already into food and cooking, I sent my CV to several editors and asked for an internship. I finally got to meet the editor and editor-in-chief of the magazine “Cuisine by Cyril Lignac” (which no longer exists) and I got a 3-month internship as an editor assistant. That’s when I discovered the food stylists’ job, as I often helped them during the photo shoots. After my internship, they offered me a job and I worked for the same publishing house during 3 years. I had loads of different tasks (edition, organization), then little by little, I worked as a food stylist as well, for magazines such as “Gourmande!” and “Un diner presque parfait” (equivalent to “Come dine with me”).

How did you become a full-time food stylist ?
Because I had the chance to assist stylists (Sandra Mahut, Garlone Bardel, Chae Rin Vincent, Blandine Boyer, Christl Exelmans) and photographers (Thomas Dhellemmes, Aimery Chemin, Virginie Garnier), I got more and more into it. When my contract with the publishing house ended, it was clear that I did not want to work as an editor assistant anymore… I didn’t see myself doing anything else but food styling. 
The reasons were that I didn’t want to work behind a desk, I enjoyed being in a kitchen so much more, having my hands in the flour, handling pans ; I developed a craze for kitchen ware, for rich textiles ; finally, I liked the idea of creating something beautiful, appetizing, and tasty.
It might not be the case for all the food stylists, but clearly, I was born greedy, I love eating and I get a lot of pleasure from cooking. 
 
How do you work ? What are your favorite tools ? Who do you work with ?
– I work differently depending on clients. Sometimes, I have a clear brief (type of kitchen ware, colors, atmosphere, recipes etc.), sometimes I have the opportunity to follow my inspiration. Then, I search pictures related to the subject or recipes so I can determine an atmosphere, a style and then show the client what I have in mind. 
– To do so, I pay a lot of attention to trends, to colors, materials, shapes ; I read a lot of international food magazines, I go to many parisian shops, visit hundreds of website and flea markets. Almost everyday, I work on my Pinterest account (a website to create mood boards and share them). I follow about a hundred Pinterest users interested in food or decoration, style, photo… It helps me to follow the trends, to save the kind of photos I like, to create my mood boards for specific projects. Today, I think I have more than 2000 photos that are saved on my account and about 50 mood boards (http://pinterest.com/cocodesbois/).
– Since I’ve become a stylist, I work a lot with the photographer Virginie Garnier. We met on a photo shoot for the magazine “Un diner presque parfait”, and we realized that we were getting along really well, and then that we shared the same point of view on food photos : a passion for food that looks real, with crumbs and sauce…
I also work with other photographers for book or magazine projects. It’s a chance because I can meet different people, with different personalities, work processes, other point of views and it is very interesting, it helps me avoiding to repeat myself and renewing my style.
 
What do you like the most and the least ?
I love the steps before shooting. When I prepared a document with my inspirations for clients, when I am looking for kitchen ware and accessories, but also when I am unwrapping the things I’ve found for a shoot, and when I finally feel satisfied with I have in front of me (colors, materials, objects, textiles, accessories…).
I definitely love working in the kitchen : I love using my hands, successfully baking something, selecting the most exquisite basil leaves, making a beautiful icing for a cake, give a nice twist in the cream, grilling bacon, and feeling hungry !
At the end of the end, I like having a look at all the photos, in a row on the photographer’s computer screen. It’s always good to have a broad view of the what you have done. 
Finally, the ultimate satisfaction, is to see my work in its final version : on the cover of a book, a magazine, in catalogue or on a billboard. 
About what I like the least, I would say : heavy load ! I am always carrying a lot of shopping and accessories. Styling without a car (as I do), means that you are always carrying loads of bags (heavy, most of the time), trying to make your way through narrow doors, with bags breaking sometimes… That’s why I have a super granny trolley – not really glamourous but useful !
Then, it might seem superficial, but I don’t like the smell of cooking that lingers on me at the end of the day, and that I bring back with me in the metro, and at the “apéro” (= a few drinks after work in France) with my friends. I often pray that I don’t have to cook tempuras or fried food (that I love to eat for sure! :)
Finally, I love my job because I can meet a lot of people. I think I have a nice job, but being with people who smile, laugh, are creative and really “human” is even nicer !
I must say that so far, I have been rather lucky !
 
What are your projects for the future ?
Hummm, I would like to write books (I have never written any so far), I have ideas, but I need to find an editor who would be tempted by unusual subjects! I would like to be able to travel and meet local producers, explore markets, write recipes about seasonal produces, and take pictures from where I would be, mixing landscape pictures with cooking, portraits, shelves of objects and old kitchen ware. In brief, a project with a special touch, and kind of a vintage style.
In July, I will follow a course about natural dyeing for textile, then I would love using this for my work, and create my own cloths, using linnen.
On the long term, since I would like to go and live somewhere else than Paris, I would like to learn about photography so I could work on my own projects, but this is not for now !
 
And could you give us one of your favorite and easy recipes ?
THE WHITE PIZZA, by Coralie Ferreira
It’s hard to choose only one ! One of my classics is the White Pizza. It’s delicious and can suit any season.
Today, here is how I would proceed : 
Preheat your oven to 220°C.  Using a mandoline, slice 6 green asparagus thinly (rinsed them first), cut 4 slices of bacon into pieces and grate 40g of parmesan cheese. 
Spread 6 table spoons of Crème Fraiche on a pizza base (or pastry base), add pepper, then you can lay over your asparagus, bacon and parmesan cheese. 
Drizzle with olive oil and pop in the oven for about 12 mins.
Thx !
Wanna check out more info about Coralie’s style and recipes ? 
– Her website : www.coralieferreira.com
Have a nice weekend : )
A.O x
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s